Out, out, brief candle, weak movie

Macbeth

De Justin Kurzel (2014)

macbeth-movie-2015-poster-uk

 

Fidèle au texte.
Un fou, furieux Fassbender de qui on aurait pu tirer plus.
Un cinéma qui a voulu dépeindre les paysages des âmes tourmentées en se contentant du brouillard glacé écossais, et on finit avec un film où (comme Shakespeare l’écrivait) “Il faisait bien trop froid pour l’enfer” !
J’ai, à propos des mots, cette image des moines égrainant un chapelet en faisant rouler les perles en bois longuement entre les doigts. Chaque phrase de ce texte aurait dû être prise avec la même lenteur, la même application, le même sérieux pour pouvoir se rendre jusqu’à la fin et que s’opère le miracle … mais il n’y eu pas là de révélation, en tous cas aucune que j’eusse compris.
Un divertissement avec quelques plans, quelques scènes bien dirigées qui devraient vous donner envie de vous pencher sur le texte qui les a inspirés.


Une sollicitation, pas bonne donc, mais pas assez mauvaise pour vous cacher toutes les vérités de ce texte inaltérable.

“Cette sollicitation surnaturelle ne peut être mauvaise,
ne peut être bonne… Si elle est mauvaise, pourquoi m’a-
t-elle donné un gage de succès, en commençant par une
vérité? Je suis thane de Cawdor. Si elle est bonne, pour-
quoi est-ce je cède à cette suggestion, dont l’épouvantable image
fait que mes cheveux se dressent et que mon cœur si ferme
se heurte à mes côtes, malgré les lois de la nature? L’in-
quiétude présente est moindre que l’horreur imaginaire.
Ma pensée, où le meurtre n’est encore que fantastique,
ébranle à ce point ma faible nature d’homme, que ses
fonctions sont paralysées par une conjecture : et rien n’est
pour moi que ce qui n’est pas.”

Macbeth : Acte I, Scene III

“Cannot be ill, cannot be good: if ill,
Why hath it given me earnest of success,
Commencing in a truth? I am thane of Cawdor:
If good, why do I yield to that suggestion
Whose horrid image doth unfix my hair
And make my seated heart knock at my ribs,
Against the use of nature? Present fears
Are less than horrible imaginings:
My thought, whose murder yet is but fantastical,
Shakes so my single state of man that function
Is smother’d in surmise, and nothing is
But what is not.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s